Le Rapport eLEARNING AFRICA 2012

juillet 23, 2012 // Articles, Blog

Pour ceux qui ne connaissent pas les conférences eLEARNING AFRICA, il s’agit d’une conférence internationale annuelle qui se déroule à chaque fois dans une capitale africaine différente. C’est aussi le plus grand rassemblement de responsables politiques, décisionnaires et praticiens de haut rang du Continent, œuvrant dans les secteurs de l’éducation, de l’entreprise et des gouvernements.

Cette année, la conférence s’est tenue à Cotonou (Bénin) du 23 au 25 Mai et a réuni 1500 participants venus de 66 pays d’Afrique et d’ailleurs.

A l’issu de la conférence, les organisateurs ont mis à disposition de tous ceux qui sont intéressés par l’intégration des TIC dans l’éducation en Afrique, un rapport détaillant les grandes lignes des remarques, suggestions, constats et décisions évoquées lors de la conférence.

Que nous apprend donc cette conférence à travers son rapport ?

D’abord, ce rapport a été rédigé suite à différents sondages effectués auprès des participants d’horizons différents, travaillant dans des domaines différents mais rejoignant l’éducation. L’analyse qualitative et quantitative de l’Enquête est présentée avec des points de vue associés à des caricatures, des citations clés, des nuages de mots, et une bande dessinée.

C’est une approche qui permet d’obtenir une vue d’ensemble du secteur de l’éducation et de la formation renforcées par les TIC en Afrique ainsi que des détails sur les thèmes clés et les tendances actuels.

Les questionnaires remplis émanaient soit de personnes travaillant dans les pays d’Afrique présents à la conférence. 86% étaient africains, le reste constitué par des non-africains mais effectuant un travail centré sur un pays africain.

Cette infographie vous montre en gros, l’échantillon utilisé pour élaborer le rapport :

Source : eLEARNING AFRICA 2012

Dans la suite, je vous présenterai principalement les différentes réponses obtenues par les différents sondages et questions posées aux participants.

Il a d’abord été question de savoir quelles sont les technologies utilisées et dans quel contexte, le but étant de déterminer parmi toutes les technologies disponibles celles que les professionnels du secteur utilisent le plus souvent sur le continent.

Le nuage de mots ci-contre nous montre clairement la diversité des technologies utilisées et celle qui reviennent le plus souvent tel que Powerpoint, les projecteurs ou encore Microsoft et les Mobiles.

La grande majorité des répondants affirme aussi qu’ils utilisent ces technologies pour renforcer l’éducation et la formation quand le reste affirme utiliser les TIC pour accéder aux ressources en ligne, et à des fins de collaboration ou de réseautage.

Afin d’analyser les tendances d’utilisation plus en détails, les répondants ont été priés d’établir une liste des alternatives à l’ordinateur personnel utilisées par leur organisme pour la mise en oeuvre de projets éducatifs :

Source : eLEARNING AFRICA 2012

Les TIC pour soutenir, améliorer et renforcer l’éducation, oui certes, mais quelle est la principale motivation pour ce faire ?

Source : eLEARNING AFRICA 2012

L’amélioration de la qualité de l’enseignement est donc la motivation principale dans la décision de mettre en oeuvre un enseignement enrichi par les TIC. Le développement des compétences actuelles et l’Amélioration de l’accès à l’éducation dans les régions reculées apparaissent également comme une motivation assez importante pour les répondants.

A la question de savoir quel est le facteur le plus important lors du choix d’un modèle d’accès à la technologie, le Coût financier (rapport qualité/prix) et la valeur éducative se partagent à juste titre la tête d’affiche même si la répartition reste assez équilibrée comme le montre le graphisme ci-dessous :

Source : eLEARNING AFRICA 2012

 

Il existe de légères différences entre ces priorités dans chaque secteur. Lors du choix d’un modèle d’accès à la technologie :

  • le secteur des ONG est celui qui met la priorité sur le coût financier et l’efficacité énergétique ;
  • le gouvernement met la priorité sur l’interopérabilité, la durabilité et la robustesse de la technologie ; et
  • le secteur privé se préoccupe en priorité de la simplicité d’accès.

Au vu de ces réponses, la question s’est donc posée de savoir quelles sont les facteurs les plus déterminants au niveau des organismes pour l’éducation et la formation renforcées par les TIC. Les réponses sont détaillées dans le tableau suivant :

Source : eLEARNING AFRICA 2012

En résumé, comme précédemment,  les différents types d’organismes mettent l’accent sur différents éléments comme priorités absolues pour la mise en place d’une éducation et d’une formation renforcées par les TIC :

  • Les ONG sont le plus susceptibles d’identifier les régions rurales, les acquis de l’enseignement et la modularité comme les plus hautes priorités ;
  • le gouvernement est le plus susceptible d’identifier l’analyse de l’impact et le suivi et l’évaluation comme les plus hautes priorités ; et
  • le secteur privé est le plus susceptible d’identifier la croissance de l’apprentissage mobile, la rentabilité et la durabilité comme les plus hautes priorités.

Pour savoir quelles sont les contraintes clés qui font obstacle au eLearning en Afrique, les facteurs déterminants du eLEARNING en Afrique et comment les étudiants africains peuvent-ils apprendre plus, mieux et plus vite, je vous donne rendez-vous dans la semaine pour la deuxième partie de ce qu’a pu nous apprendre la conférence internationale eLEARNING AFRICA 2012.

Pour les plus impatients, vous pouvez télécharger gratuitement le rapport sur ce LIEN et le commenter ici si vous avez des critiques ou des éléments en plus par rapport aux conclusions du document.

(Source)

Commentaires

Il n'y a pas de commentaires sur cet article.

Liens vers cet article

Il n'y a pas de retroliens sur cet article.